Après-Séance : la Belle et la Bête

Salut les Geeks !


Je suis une fan inconditionnelle de Disney !

Et la Belle et la Bête est de loin mon préféré !


Pourquoi ? 

Déjà : j’aime le conte original depuis que je suis petite.

Il s’agit également pour moi du premier Disney qui sort du cliché de la fille (sans cervelle) en détresse qui attend d’être sauvé par son Prince Charmant.

Et oui, ici c’est la villageoise qui sauve le Prince ! 


Je n’avais pas forcément beaucoup d’attentes envers ce film (pour ne pas être trop déçue justement), mais quand même quelques appréhensions.


Alerte Spoil !


Ci-dessous, je vous dévoile ma critique détaillée du film, avec ce que j’ai particulièrement apprécié et ce qui m’a dérangé.



CE QUE J’AI AIME 




-> Emma Watson : j’adore cette actrice !


Et ici, elle nous fait sublimement oublié son rôle d’Hermione.

On voit vraiment Belle, avec son côté espiègle, rêveuse, et particulière.





-> Les jeux d’acteur et les décors très théâtraux : on aime ou on déteste !


Moi j’ai aimé, car cela reste fidèle au dessin animé tant sur le côté visuel, que sur l’expression et la mise en scène des personnages.





-> La course dans les bois avec les loups et leur combat avec la Bête.


Dans la première scène : le père de Belle est pris en chasse par des loups.

Arrivé aux grilles du château, les loups stoppent net leur course, trop effrayés pour rentrer sur le territoire de la Bête.


Dans la seconde scène, c’est la Bête qui vient au secours de Belle.

Je me rappelle de la violence de la scène retranscrite déjà dans le dessin animé, et je la trouve ici assez fidèle.





-> Certaines références au conte. 

(si vous ne l’avez pas lu, je vous invite à le faire bien évidemment !)


Dans le dessin animé, le père de Belle est emprisonné après s’être réfugié dans la château.

Dans le conte, ce dernier l’est, ayant volé une rose dans la jardin de la Bête.

Je trouve ce clin d’œil subtil, et cela ne gâche en rien le bon déroulement du scénario.






-> La contextualisation historique.


Dans le film, il est clairement dit et assumé que l’action se passe dans un village français au XVIIIème siècle, soit le siècle des lumières.

Petit rappel de nos cours d’histoire : le siècle des Lumières est un mouvement intellectuel dont le but était de dépasser l’obscurantisme et de promouvoir les connaissances.


Ce n’était évidemment pas du goût de tout le monde et l’instruction des femmes n’étaient pas pour autant bien vu…

D’autant plus dans le milieu villageois, où la meilleure situation pour une femme restait d’épouser un gros gaillard et de jouer à la bonne petite épouse au foyer…

Ce qui justifie le caractère étrange de Belle aux yeux de la plupart des gens de son village et de leur difficulté à l’accepter.





-> Gaston et Le Fou.


J’avais énormément peur pour ces deux personnages, surtout depuis la polémique annonçant que Disney allait mettre en scène son premier personnage homosexuel…

Le Fou dans le dessin animé étant représenté comme un véritable imbécile heureux, je ne trouvais pas cela très gratifiant envers la communauté gay.


Mais ici, Le Fou n’est pas bête. 

Certes, il n’est pas très instruit (comme la plupart des villageois …) et suit Gaston comme un bon petit toutou, mais il a sa propre personnalité.


Quand Gaston abandonne le père de Belle dans le froid, qu’il l’enferme pour l’asile, et qu’il part pour tuer la Bête : le Fou a mauvaise conscience et sait différencier le bien du mal, même s’il idolâtre Gaston et le suit presque malgré lui à la fin de l’histoire.


Je vous rappelle aussi que l’homosexualité était considérée à l’époque comme de la démence, voir une maladie et même un crime. 

Gaston lui suggère même de se trouver une fille à épouser…

Le Fou en est presque aussi marginal que Belle. 


> Les objets animés


Quel plaisir de retrouver Lumière, Bigben, ou encore Zip !

On y retrouve l’humour très bien dosé du dessin animé, rien à redire !





CE QUE JE N’AI PAS APPRÉCIÉ 

-> La chanson de la Bête


Autant, j’ai adoré beaucoup de chansons dans le film (« C’est la fête », « Histoire éternelle », « Tuons la bête »…), mais alors CETTE chanson : c’était vraiment celle de trop !

La Bête laisse la Belle rejoindre son père pour le sauver…

Dans le dessin animé, la Bête pousse un hurlement désespéré.

Mais pourquoi ne pas avoir gardé cette scène ?!

Mais non, ici la Bête chante…    >_<

Ça fait très comédie musicale tellement c’est exagéré …

Quand on est triste : ON NE CHANTE PAS !!! 

(surtout quand on est une grosse Bête à cornes toute poilue …)



-> Les flash-back inutiles


La Bête est à la base un rince méchant, cruel et sans cœur…

Pourquoi avoir forcément besoin d’y trouver une explication !

Ici, on explique la méchanceté de la Bête par une enfance difficile suite au décès de sa mère et à cause de l’éducation apportée par la suite par son père …

Et cela n’apporte strictement rien…

Tout comme le livre magique qui permet à Belle se voyager dans son passé pour découvrir que sa mère est morte de la peste…

Idem, cela ne sert à rien, d’ailleurs le livre, qui est absent de la version originale, n’existe uniquement que pour cette scène.

 



-> Les textes de certaines chansons


Et notamment la première… Celle d’ouverture.

Même si la mise en scène pour moi est sympa, même si Emma Watson chante bien…

J’ai un gros problème avec les textes…

Certes, le film n’est pas obligé de suivre les paroles à la ligne près mais quand même.

On sait que la VF dans les Disney est particulièrement de qualité… Pourquoi s’en séparer !

Quand quelque chose est bien dans la version originale, autant le conserver et ne pas le massacrer. 

Ici, les paroles et le texte ne font pas naturels… Cela colle tout juste aux lèvres d’Emma Watson d’ailleurs.

Pourquoi remplacer « je veux vivre autre chose que cette vie », par « j’aimerai tant m’envoler de mes propres ailes » ? Quel intérêt ? La version française était déjà superbe…

 


-> Des incohérences historiques


Oui, j’ai dit plus haut que le contexte historique faisait parti des points que j’avais apprécié.

Mais on relève cependant quelques incohérences…

Le libraire est ici joué par un acteur afro-américain.

Pourquoi pas après tout ! 

Mais cela n’est pas cohérent si l’histoire se déroule au XVIIIe  siècle…

Jusqu’en 1787, les Noirs ne sont pas considérés comme une espèce humaine malgré toutes les idées véhiculées par les philosophes de lumière…

Donc autant vous dire qu’il est impossible qu’à cette époque pour eux de savoir lire, et encore moins de tenir une librairie dans un village paumé…




Globalement, ce n’est pas une si mauvaise adaptation.

Et bien sûr, je préférerai toujours la version animée qui a bercé mon enfance ! 


Et vous ? Vous avez aimé ? ^_^

 

Sources : AlexGeekette.blogspot.fr

Facebook : Alex Geekette

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire